L'Aéronautique aux Antilles

L’histoire de l’aéronautique débute réellement au début du 20ème siècle. A l’heure où la France métropolitaine vit les grandes heures de l’aviation, la Martinique subit encore les inconvénients des traversées maritimes interminables et n’est reliée directement au reste du monde que par le télégraphe.
 
C’est en 1932 qu’un avion américain N 944, effectuant la liaison de Cayenne à Antigua, s’arrête à Fort-de-France pour y débarquer un passager.
 
En 1935, le Ministre de l’Air Charles Fillon souhaite marquer la célébration du tricentenaire du rattachement de la Martinique à la France. Il envoie à Fort-de-France, un hydravion géant baptisé le «Lieutenant de Vaisseau Paris ». L’imposant appareil est un latécoére 521 immatriculé F-Nord, pouvant transporter 30 passagers à la vitesse de 230 km/h grâce à 6 moteurs de 860 CV dont 2 propulsifs, implantés sur le bord arrière de l’aile.
En juillet 1935, la rade de Fort-de-France est aménagée pour accueillir l’hydravion.
Le 8 décembre 1935, «lieutenant de Vaisseau Paris » décolle de l’étang de Biscarosse à destination de Dakar avec, aux commandes, le commandant Bonnot.
Après de brèves escales au Sénégal puis au Brésil, l’hydravion arrive le 22 décembre 1935 dans la Baie de Fort-de-France. La foule en liesse regarde le «Lieutenant de Vaisseau Paris » se poser avec succès après un trajet de près de 23 heures.
Le repos fut de courte durée et le 13 janvier 1936, le triomphant hydravion décolle pour la Floride où se tient la fête de l’aéronautique américaine. Elle n’accueillera jamais ce fleuron de l’avion française, qui restera immergé dans les eaux du port soumis brusquement à des vents extrêmes.
 
La seconde guerre mondiale ne favorisera pas les liaisons régulières. Seuls trois hydravions desserviront ponctuellement la ligne Fort-de-France/Pointe à Pitre/San Juan.
 
Il faudra attendre le retour d’Air France aux Antilles en juillet 1947 pour bénéficier d’une ligne transocéanique, bimensuelle, métropole-Martinique
Pendant une année,  le Laté 631 affrété pour l’occasion réalisera 25 trajets, avant de disparaître accidentellement après son décollage de l’hydrobase de Fort-de-France. 52 personnes étaient à son bord.
L’exploitation de la ligne Air France Europe Caraïbe s’arrête alors totalement. C’est la Pan American Airways qui reprendra les liaisons avec le vieux continent. La compagnie n’étant pas basée à Fort-de France, le trafic s’effectue par Sainte-Lucie.
 
L’année 1948 s’achève avec le projet de construction de l’aéroport du Lamentin.

 

Aéroport Martinique // Pôle Caraïbes