Histoire

17/12/1965-17/12/2005 : LES 40 ANS DE LA CONCESSION AÉROPORTUAIRE


L’aéroport de Fort-de-France /Le Lamentin a été créé en 1949 et mis en service en 1950. Aujourd’hui, la SAMAC gère l’ensemble des installations. La SAMAC. perçoit en outre les redevances aéronautiques relatives aux atterrissages et aux passagers, ainsi que les redevances extra-aéronautiques pour les activités commerciales de l'aéroport. Sur le plan des services, la SAMAC. est chargée de l'accueil, de l'information et de la surveillance de l'aéroport. Tout d’abord, une aérogare d'une superficie de 24 000 m² qui peut accueillir jusqu'à 2,5 millions de passagers par an pour un trafic de 1,57 million en 2003. Entièrement climatisée, elle offre aux voyageurs différents services et commerces.  La SAMAC est également en charge de la piste d’atterrissage (travaux d’entretien réguliers), d’une Aérogare de fret d’une superficie de 9 400 m²  et d’une capacité de 20 à 30 000 tonnes de fret par an, d’une Zone d’Aviation Générale, contiguë à l’aérogare de fret et à la tour de contrôle, destinée à accueillir les avions de moins de 7 tonnes. La surface disponible pour le stationnement des avions est d’environ 21 000 m2. Un parking de 1650 places et un ensemble de boutiques, restaurants et locaux d’affaires font aussi partie de la concession aéroportuaire.
 
Il n’en a pas toujours été ainsi, comme en témoigne l’histoire passionnante de l’aviation en Martinique et plus précisément celle de son aéroport.
L’Etat crée l’aéroport de Fort-de-France en 1949, sa mise en service débute un an plus tard, en 1950. Au cours des dix années suivantes, le trafic maritime reste toujours prédominant dans les relations de l’île avec l’extérieur et le trafic aérien est peu développé. À l’époque, l’accueil des passagers se résume à un petit bâtiment en bois abritant également le fret.
Les exigences du développement ont amené une modification du mode de gestion de l’aéroport et, dès 1962, un arrêté d'occupation temporaire intéresse la Chambre de Commerce et d'Industrie de la Martinique (C.C.I.M.) à l'activité de l'aéroport. L’acte de concession inclut les terrains, ouvrages et installations, la piste de 2300 mètres de long, les réseaux divers, la nouvelle aérogare passagers de 1870m2 que la CCI de Martinique est chargée d’aménager. L’ancienne aérogare en bois est transformée en aérogare de fret. Mais la piste ne permet alors que le décollage et l’atterrissage d’avions à hélice…
Le 17 décembre 1965, un arrêté ministériel accorde à la C.C.I.M. la concession, l'aménagement et l'exploitation commerciale de l'aéroport pour une durée de 30 ans avec un personnel de soixante-dix agents classés en trois catégories : personnel administratif, personnel ouvrier et personnel de sécurité. Le premier Boeing 707 se pose sur le sol martiniquais la même année, avec pour la petite histoire, Jacques Brel à son bord. C’est le début de l’ère des gros porteurs, qui va permettre au tourisme de se développer. Ce développement nécessite des aménagements et l’amélioration des structures d’accueil.


Deux programmes ambitieux sont alors lancés : l’agrandissement et la modernisation de l’aérogare passagers ainsi que l’allongement de la piste d’envol. L’aménagement de l’aérogare s’étale de 1969 à 1971, il porte les nouvelles surfaces à 8400m2 et dissocie désormais le trafic arrivée du trafic départ. Grâce à cette nouvelle configuration, l’aéroport du Lamentin peut désormais accueillir jusqu’à 800 passagers aux heures de pointe. L’allongement de la piste d’envol jusqu’à 3000 mètres pour permettre l’arrivée et le départ sans escale intermédiaire des Boeing 747 vers la métropole est achevé en juin 1974.En ce qui concerne le fret de marchandises, dont le volume a considérablement augmenté, la nécessité d’une nouvelle aérogare de fret s’impose. Ce sera chose faite en 1972.


Avant les grandes modifications qui débuteront presque 20 ans plus tard, l’aéroport du Lamentin couvre donc une zone de 246 hectares. Il comprend une piste de 3300 mètres occasionnellement roulable pour la sécurité. Celle-ci est raccordée à la zone de stationnement principale par deux bretelles de 170x25 mètres d’une part, et à la zone d’aviation générale (appareils inférieurs à 5,7 tonnes) par une bretelle de 250x12 mètres d’autre part. À cette époque l’aire de stationnement principale est située au sud de l’aérogare passagers et comprend la tour de contrôle, le bureau de piste, les services de météorologie et de gendarmerie. Les zones avions de ligne / aviation légère sont nettement séparées. L’aéroport dispose également de parkings pour les voitures.


1995-2005 : les 10 ans de la nouvelle aérogare


En 1987, la décision est prise de construire un nouvel aéroport pour faire face à l’augmentation du trafic et à l’inadéquation de l’ancienne aérogare après plus de vingt ans d’activité. Les travaux débutent en 1991. La nouvelle aérogare de fret est mise en service en 1993, puis l’aérogare passagers en 1995. L’inauguration a lieu le 8 juillet 1995 en présence d’un invité de prestige : le Concorde.


Au cours de ces 10 années, la CCIM n’a pas cessé d’y apporter des améliorations et entrepris de nombreux chantiers pour adapter l’aéroport du Lamentin aux normes internationales de qualité  et le rendre plus attractif pour ses clients.


Deux bâtiments ont été construits à l’extérieur pour accueillir un bar et un ensemble de services, dont une consigne à bagages. Sur le parking, les ruines des anciennes cases de l’usine du Lamentin ont été réhabilitées et transformées en bureaux et salles de réunion. Cet endroit plein de charme et chargé d’histoire apporte au site un îlot de verdure très agréable.


La partie bagages de l’aérogare est en constant réaménagement. Une nouvelle salle est en cours de réalisation pour séparer les flux des voyageurs internationaux et régionaux. Le comptoir des litiges a été repensé pour mieux correspondre aux besoins de ses utilisateurs. Pour permettre la construction de toilettes des deux côtés de la salle des bagages, le chenil des Douanes  a été déplacé à l’extérieur de l’aérogare.


La salle d’embarquement a, elle aussi , subi de nombreuses modifications. Le comptoir correspondance d’Air France a cédé sa place à l’entreprise sous-traitant le contrôle sûreté. Le comptoir de correspondance a été déplacé et dispose d’un espace plus vaste. Le bar a lui aussi changé de place et occupe désormais un site plus central. D’autres modifications, notamment la création d’un nouvel espace commercial, sont prévues.


Tous les aménagements de la salle d’embarquement ont été motivés par l’agrandissement du filtre police départ. A l’époque de son inauguration, les règles de sûreté n’étaient pas aussi draconiennes qu’aujourd’hui. Mais l’évolution de la situation mondiale a rendu nécessaire des mesures beaucoup plus strictes. Plus aéré et plus clair, le nouveau filtre permet de répondre aux nouvelles normes tout en améliorant la fluidité des files d’attente.


Autre amélioration du confort d’utilisation de l’aéroport pour ses passagers : la mise en place d’une cinquième passerelle en 1999, pouvant être positionnée sur de petits avions, ainsi que la réalisation d’un cheminement piéton couvert  en 2000.


En zone publique, les changements sont notables et vont tous dans le même sens : améliorer et faciliter l’accueil des clients de l’aéroport. De nouveaux espaces commerciaux ont été créés sous les escaliers du hall public. Ils abritent des compagnies aériennes, un bar et un point loto. Tous les mobiliers des banques d’enregistrement ont été changés et le comptoir Air France déplacé et entièrement repensé. Au niveau des pistes, le tri bagages des petits porteurs a été mis aux normes gros porteurs. Il peut ainsi traiter des Boeing 747 et des DC10.


Depuis le 11 septembre 2001, la sécurité dans les aéroports a pris une toute autre dimension… Partout dans le monde comme en France, des mesures ont été prises par les gouvernements pour assurer la sûreté des voyageurs. Celles-ci sont de plus en plus contraignantes et évoluent sans cesse. La SAMAC, en qualité de gestionnaire de l’aéroport, veille au respect de ces mesures : contrôle de la totalité des bagages de soute, visite de sûreté des passagers et des bagages à main, visites de sûreté des personnels de l’aéroport accédant à la zone réservée. Cette série de mesures a bien sûr entraîné des modifications significatives des installations aéroportuaires, les équipements de sûreté étant particulièrement volumineux. De même des travaux de structure ont été réalisés pour modifier la ligne de circulation des bagages de soute avant leur chargement.


Aujourd’hui, l’aéroport se dote d’équipements technologiques performants pour mieux répondre aux défis des années à venir : nouvelle baie de sonorisation, nouvel autocom, nouveau logiciel de gestion technique centralisé, nouveau système de gestion du parking , nouveau système d’affichage, mise en place de points WiFi et accès ADSL.


L’aéroport Fort-de-France Lamentin n’a désormais plus grand chose à voir avec le modeste bâtiment de bois de ses débuts. Des équipements et prestations de niveau international sont à la mesure des ambitions de la SAMAC pour l’avenir de la Martinique.


Les années clés


1949           Création de l’aéroport  et mise en service en 1950


1962           Arrêté d’occupation temporaire concédant l’aéroport à la CCIM


1964           Allongement de la piste à 2300 m  pour permettre l’atterrissage du premier Boeing 747


1965           La concession d’ensemble de l’aménagement et de l’exploitation de l’aéroport confiée à la CCIM par arrêté interministériel


1969           Agrandissement et modernisation de l’aérogare passagers


1971           Début des travaux d’allongement de la piste


1972           Mise en service de l’aérogare de fret


1974    Décollage du premier 747


1987    Décision de construire le nouvel aéroport


1989     Lancement des études préalables


1991     Début des travaux de réalisation du nouvel aéroport


1993     Mise en service de la nouvelle aérogare de fret


1995     Mise en service de l’aérogare passagers


1997     Mise en service de la nouvelle tour de contrôle


2003     Mise en service de l’Espace Aéroservices

2007 : Nouvelle dénomination de l'Aéroport : Aéroport International Martinique Aimé Césaire

2012 : Création de la SAMAC


 

Aéroport Martinique // Pôle Caraïbes